Préface de la « Zürcher Bibel » de Zwingli, 1531, présentée par Peter Opitz

Lors de la table ronde « La Réforme contre le monopole du savoir ? Construction, représentation, réception d’une utopie sociale et religieuse », organisée par RHR le 3 février dernier, Peter Opitz a présenté l’extrait suivant de la préface de la Bible dite “de Zurich”. L’extrait est suivi de commentaires de Peter Opitz, que nous remercions vivement.

Extrait de la préface de la «Zürcher Bibel» 1531 (auteurs Leo Jud / Ulrich Zwingli)

Lorsque […] nous avons pris la décision d’imprimer tous les livres des deux Testaments […] en deux parties, il nous a semblé opportun de rédiger […] un bref encouragement et une introduction pour les lecteurs chrétiens, afin de les inciter à lire les saintes écritures bibliques et de les aider à mieux les comprendre. Nous constatons que, malheureusement, la majorité des gens ne prêtent pas attention aux Saintes Écritures; en fait, beaucoup les blâment et les dénigrent, ce qui est encore plus dommageable. Et ceux qui les lisent malgré tout le font de manière inattentive et superficielle ; certains déforment les Écritures selon leurs propres opinions, les souillant et les falsifiant ainsi. C’est pourquoi il y a peu de gens qui touchent la cible en plein milieu et qui atteignent ce pour quoi l’Écriture a été donnée et révélée par Dieu. C’est ainsi que la fleur agréable et parfumée devient un poison pour l’araignée impure, et que la nourriture saine qui donne la vie apporte la mort et la destruction aux malades.

Celui qui ne lit que les mots de l’Écriture et n’en respecte pas le sens et l’esprit commet une faute bien plus grave que celui qui ne l’a jamais lue. Un aliment qui n’est pas suffisamment mâché et digéré ne donne ni force ni vigueur au corps, de même le pain céleste de l’Écriture divine ne porte pas de fruit à l’âme s’il n’est pas d’abord bien mâché, broyé et assimilé. […] Mais comment ose-t-on, nous autres humains insignifiants, traverser une mer aussi vaste, aussi grande et aussi profonde ? […]

Toute Écriture, dit Paul, qui est inspirée et soufflée par Dieu, sert à enseigner, à réprimander, à rendre meilleur, et elle conduit à la droiture et à une vie agréable à Dieu, avec laquelle l’homme divin devient capable de toutes les bonnes œuvres [cf. 2Tim 3,16s]. Et même si le diable et les hommes qui le servent abusent de l’Écriture, la falsifient et l’interprètent arbitrairement selon leurs vues [cf. Mt 4,1-11], l’Écriture en elle-même ne doit pas pour autant être méprisée, mais d’autant plus aimée et étudiée en profondeur […].

Mais puisque l’Écriture vient de Dieu, qu’elle est soufflée et révélée par l’Esprit divin, il est nécessaire que celui qui veut connaître et comprendre l’Écriture se prosterne d’abord avec une prière fervente et dévote devant Dieu, le juste maître de cet art, et qu’il demande à son esprit saint et bon de l’éclairer, de le rendre intelligent [cf. Ps 119,130] et de l’instruire. […]

C’est pourquoi nous devons amener à l’Écriture des cœurs propres et purs, ne pas y introduire nos propres opinions pour les souiller et les falsifier, mais chercher avant tout Dieu dans l’Écriture, connaître sa volonté, accroître sa gloire, trouver le salut et la félicité, et assister le prochain. L’œil impartial et innocent de la foi ne doit regarder rien d’autre que les choses célestes. […] Si tu veux entrer dans le lieu saint et secret, dépouille-toi de tout orgueil et de toute fierté, car l’Esprit divin en a horreur et dégoût [cf. Ps 101,5], mais il aime habiter chez les gens modestes et humbles. Bien que le palais soit vaste et magnifique, la porte est basse et étroite [cf. Mt 7,13, par.]. C’est pourquoi tu dois courber et abaisser ton cou raide si tu veux qu’on te laisse entrer. […]

Si tu trouves dans l’Écriture quelque chose que tu ne comprends pas ou qui te paraît choquant, tu ne dois pas le juger ou le blâmer avec insolence, mais l’attribuer à ton ignorance et non à l’Écriture ; pense plutôt que tu ne le comprends pas ou qu’il a un autre sens ou qu’il a peut-être été négligé par l’imprimeur ou mal imprimé. […]

La parole contradictoire (comme il nous semble) doit être rendue concordante et équilibrée par la foi et la charité. C’est pourquoi saint Augustin enseigne à lire l’Écriture avec intelligence et à faire attention à la forme sous laquelle tout est écrit et dit, car certains discours sont des discours figurés.

[…] Certains discours ne sont pas figuratifs, mais des commandements clairs et nets, tels que : Aime Dieu par-dessus tout, et ton prochain comme toi-même [Lc 10,27, par.].

Une grande clarté et une lumière vive pour comprendre le sens de l’Écriture viennent de ce que l’on ne perçoit pas seulement ce qui est dit ou écrit, mais que l’on fait attention à qui et par qui cela est écrit ou dit, avec quels mots, à quel moment, dans quelle intention, dans quelles circonstances et conditions, ce qui précède et ce qui suit. […]

Il faut donc marcher dans l’Écriture avec beaucoup de sagesse et de prudence, et considérer toutes choses à la lumière de la foi et de l’amour, afin de ne s’égarer ni se tromper en rien, de voir à quelle époque et à quelles personnes chaque chose se rapporte. La Sainte Écriture a aussi sa chair et son esprit : La chair ne sert à rien, mais l’Esprit donne la vie [cf. Jn 6,63]. […]

Il n’est pas nécessaire d’entrer dans le discours malveillant de certains qui pensent qu’il est nuisible et dangereux de donner sans restriction l’Écriture au simple laïc et de lui permettre de la lire. Cela les a poussés à interdire et à brûler les livres sacrés de la Bible. […]

L’opinion de beaucoup selon laquelle les différentes traductions conduisent à la discorde dans la foi et parmi le peuple de Dieu est fausse. Car les Églises de Dieu ne se sont jamais aussi bien portées que lorsque presque chaque Église a utilisé sa propre traduction. […] Au contraire, on […] doit rendre un grand merci à Dieu qui suscite en elles le désir d’étudier et de sonder les Saintes Écritures avec zèle. Si Dieu le voulait, cela n’aurait jamais été omis après l’époque d’Augustin! Nous ne serions alors jamais tombés dans un tel aveuglement, une telle ignorance, une telle erreur et une telle séduction (comme celles qui ont régné dans la papauté). Car dès que l’on a laissé la Bible de côté et qu’on ne l’a plus étudiée, il est arrivé que l’on n’ait plus besoin de la lumière de la Bible. Lorsque chacun s’est mis à écrire de sa propre tête ce qui lui passait par la tête et ce qui lui semblait bon, l’obscurité de la tradition humaine a forcément surgi. […]

Ce serait un gain s’il y avait vingt, voire un nombre incalculable de personnes qui traduisaient la Bible en langues du peuple à partir de la base hébraïque, afin qu’elles puissent d’autant mieux instruire et enseigner les Eglises qu’elles dirigent. Chaque peuple peut la traduire dans sa langue, et pourtant il n’en résultera aucune discorde dans l’Église de Dieu. L’œil n’est pas le pied, la main n’est pas l’oreille, mais il n’y a pas de discorde dans le corps et entre les membres, même s’ils ne sont pas tous utilisés de la même manière.

(Traduction: Peter Opitz; Edition: Opitz, Peter und Jörg, Ruth, Die Vorrede zur Froschauer Bibel von 1531: Einleitung, annotierte Übersetzung, Transkription, in: Zwingliana. Beiträge zur Geschichte des Protestantismus in der Schweiz und seiner Ausstrahlung (Jahrbuch des Zwinglivereins), Band 48, hg. von Ariane Albisser; Christian Moser; Peter Opitz, Theologischer Verlag Zürich, Zürich 2021, 1–69 (der transkribierte frühneuhochdeutsche Text: 22-42).)

Source de l’image: Page de titre de la Bible de Zurich, conservée à la Bibliothèque de Zurich, image accessible en ligne sur wikimedia, libre de droits

Theses

  • la Réforme a aboli le monopole de l’Église romaine dans la médiation entre Dieu et les hommes.
  • Selon la théologie réformée depuis ses débuts en Suisse, le médium par lequel Dieu et l’homme se rencontrent n’est plus constitué des sacrements et des rites romains dispensés par des prêtres consacrés. Le médium est maintenant le texte biblique, à travers lequel Dieu s’adresse directement aux hommes sans autre intermédiaire, et cherche à les rencontrer. Une telle rencontre ne peut être organisée par l’homme. C’est l’événement de l’esprit divin libre.
  • À partir de cette compréhension de la vérité divine, la théologie réformée n’a pas monopolisé la vérité qu’elle a arrachée à l’Église romaine. Mais elle a formulé des conditions:
  • La condition existentielle est une volonté sérieuse et autocritique d’écouter la parole de Dieu. En termes bibliques, il s’agit de la disposition à la conversion et à la repentance. C’est bien sur une condition individuelle et interne.
  • La condition intellectuelle, et ca nous interesse ici, est la capacité de comprendre correctement le texte biblique. Cela implique non seulement des sentiments religieux, mais aussi la capacité de lire et de suivre des pensées. En conséquence, la Réforme visait à une promotion de l’éducation.
  • La préface de la Bible de Zurich affirme qu’il n’y a pas une seule traduction biblique contraignante et ne devrait pas en exister une (par contraste à la doctrine de l’eglise catholique), cela suggère une dynamique de recherche qui est théologiquement justifié.
  • Le discours permanent, auquel fondamentalement tous les croyants peuvent participer, et qui ne concerne pas le pouvoir mais plutôt l’argumentation la plus appropriée, est inscrit dans la confession réformée dès le début. Cela reste vrai même si ce principe n’a pas toujours été suffisamment respecté dans l’histoire de la tradition réformée. Néanmoins, la compréhension réformée de la confession reflète quelque chose de cela: il n’y a pas de confession réformée contraignante pour toutes les époques et tous les peuples. Confesser signifie toujours : ici, maintenant et de manière nouvelle. Confesser en étant en chemin.

Peter Opitz



Citer ce billet
Claire Placial (2024, 2 mars). Préface de la « Zürcher Bibel » de Zwingli, 1531, présentée par Peter Opitz. Renaissance Humanisme Réforme. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://rhr16.hypotheses.org/589

1 réponse

  1. 03/03/2024

    […] avons commencé la mise en ligne des documents présentés par les intervenants, avec l’extrait de la préface de la Bible de Zürich, suivi de quelques “thèses” qu&#8…. Et c’est sur cela que je voudrais revenir ici, pour faire un pont vers la question des […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search